Valoriser les pratiques interdisciplinaires grâce au Climathon.

Le Climathon, une manière de valoriser les pratiques interdisciplinaires et d'inscrire le collège dans son environnement

Au collège international de l’Esplanade, l’engagement de l’équipe enseignante et des élèves en faveur du développement durable n’est pas nouveau. Dans ce contexte, le Climathon représente avant tout l’occasion d’impliquer de multiples partenaires, et de proposer des actions qui dépassent l’enceinte de l’établissement. Nous avons profité de l’événement pour interroger enseignants et élèves impliqués dans le projet sur leur vision de cette initiative.

 

Ce lundi 8 février, c’est l’effervescence au centre de documentation du collège international de l’Esplanade ! Les 33 éco-délégués se sont réunis pour réfléchir par groupes aux questions des îlots de chaleur urbains et de la canicule en ville. Un sujet pas forcément d’actualité en cette matinée de février, mais bel et bien récurrent durant les étés strasbourgeois. L’objectif pour les élèves ? Proposer des solutions afin de tenter de limiter ces phénomènes, réalisables à l’échelle de leur établissement ou de leur quartier, dont une sera choisie à l’issue de la journée et réalisée par la suite.

 

On réfléchit ensemble, puis on met ses idées sur le papier !

Un projet interdisciplinaire soutenu par de multiples acteurs

Les jeunes citoyens ont été accompagnés par plusieurs spécialistes et acteurs locaux pour mener à bien ce projet de Climathon. Des intervenants de l’OCE (Office for Climate Education) et de Météo France, une doctorante en climatologie, mais aussi un paysagiste… autant de personnes ressources qui sont intervenues durant la matinée de présentation, et également présentes pour répondre aux questionnements des collégiens.

Ils ont accompagné le Climathon au collège de l'Esplanade :

  • Mathilde Tricoire, responsable pédagogique à l’OCE
  • Sophie Roy, coordinatrice climatologie chez Météo France
  • Nathalia Philipps, doctorante en climatologie rattachée à l’Eurométropole de Strasbourg
  • Benoît Becher, paysagiste
  • Grégory Heinrich, enseignant en technologie et architecte
  • Nathalie Leclerc, Plan Climat de l’Eurométropole de Strasbourg
  • Laetitia Thurnherr, Association des Résidents de l’Esplanade (ARES), centre socio-culturel

“On a l’habitude d’initier un certain nombre d’actions dans le cadre du développement durable, ce qui nous a permis d’obtenir la labellisation E3D (Etablissement en Démarche de Développement Durable). Dans ce contexte, on a plusieurs fois eu l’un ou l’autre partenaire pour une action en particulier, mais jamais autant de partenaires en même temps sur une même journée”, expliquent Paul Kopp, enseignant en SVT et porteur du Climathon dans son établissement, et Julie Rocquin-Pruneta, sa collègue enseignante en histoire-géographie.

“Une partie de l’équipe enseignante est déjà habituée à travailler ensemble puisqu’on a un club éco-Esplanade, et un jardin pédagogique”, ajoute Julie Rocquin-Pruneta. Le Climathon permet lui aussi le croisement des disciplines. Et pour cause : un enseignant en technologie et une enseignante en physique-chimie complètent l’équipe pédagogique qui accompagne les collégiens dans cette initiative. Dans cet établissement international, quelques aspects ont également pu être traités en franco-allemand avec les classes de 4ème et de 3ème, souligne Angelika Wolf, enseignante en allemand.

Enseignants impliqués dans le Climathon au collège de l'Esplanade :

Paul Kopp (SVT) - Claudia Graziani (SVT) - Stéphane Pax (SVT) - Julie Rocquin-Pruneta (histoire-géographie) - Grégory Heinrich (technologie) - Claire-Lise Zeller (physique-chimie) - Angelika Wolf (allemand)

Un engouement certain du côté des élèves

Pour Charlotte, collégienne, être éco-déléguée “c’est aussi une nouvelle manière d’éduquer : apprendre par exemple à préférer des choses en carton plutôt qu’en plastique, apprendre à être autonome et à utiliser ce que l’on a à notre disposition, plutôt que des choses qui viennent de loin”. Les enseignants voient quant à eux le rôle des éco-délégués comme relais pour toucher davantage d’élèves : “une fois que le projet aura abouti, il y a sûrement d’autres élèves qui seront intéressés pour être éco-délégués les années suivantes”.

Même si s’investir dans le Climathon représente une charge supplémentaire pour les collégiens volontaires, les enseignants constatent avec enthousiasme qu’ils sont pourtant bel et bien là et motivés. Pour Paul Kopp, “la démarche de projet, et la réalisation concrète et locale attirent les élèves, cela permet d’aller plus loin que la théorie ou les notions vues en classe”. Le travail en projets c’est toujours valorisant : quel que soit le résultat, ils sont fiers d’être acteurs”, complète sa collègue enseignante en allemand.

 

A la fin de la journée, les éco-délégués présentent leurs réflexions du jour et leurs projets.

Et le projet gagnant est...

À l’issue de cette journée, c’est finalement un projet de végétalisation des fenêtres et balcons du quartier qui a été retenu. Une démarche qui permettra d’associer différents acteurs locaux comme la Ville de Strasbourg ou encore le centre socio-culturel de l’Esplanade (l’ARES), mobilisant ainsi les habitants et inscrivant un peu plus l’établissement dans son environnement. Quant aux projets non retenus, les enseignants espèrent leur donner vie plus tard, à travers le club éco-Esplanade et le jardin pédagogique. Affaire à suivre !

 

Crédits photos : MPLS Alsace