Rencontre avec Simon Klein, intervenant lors du Climathon pour l'OCE.

"Avec le Climathon, on développe l'engagement citoyen sur les questions du climat"

Simon Klein est médiateur scientifique à l’OCE (Office for Climate Education), organisme partenaire de la MPLS Alsace dans l’organisation du Climathon. Dans le cadre de ce challenge pour le climat, le médiateur était présent lors du lancement des projets dans les collèges partenaires, début février, et nous en avons profité pour l’interroger à ce sujet.

 

Quel est ton rôle, en tant qu’intervenant de l’OCE, et de manière générale quel est le rôle de l’OCE dans ce Climathon ?

Simon Klein : Ce qui est important dans ce genre d’événement, c’est de faire comprendre des notions en garantissant un apprentissage scientifique qui soit fidèle à l’enjeu, c’est-à-dire qui soit pertinent, fouillé et qui donne une vue d’ensemble. Pour cela on sollicite une démarche d’investigation : par exemple à travers des activités d’analogie, ou même à travers des manipulations pour voir quand et comment la température augmente. Tout devient beaucoup plus concret : comme cela vient d’eux, les élèves arrivent mieux à saisir les enjeux. On peut ensuite émettre des injonctions sur comment réduire notre impact environnemental, et pas simplement dire “il ne faut pas utiliser sa voiture” ou encore “il ne faut pas gaspiller”.

Passer par cette démarche d’investigation, cela permet aussi aux élèves d’avoir un ancrage scientifique et un réflexe de démarche scientifique qui consiste à expérimenter pour répondre à ses questionnements. C’est un type de pédagogie hérité de la Fondation La main à la pâte, qu’on continue à activer à l’OCE, et qui permet de faire entrer les sciences directement en primaire et d’en faciliter l’apprentissage au collège.

Cette démarche d'investigation, cela permet aux élèves d'avoir [...] un réflexe de démarche scientifique qui consiste à expérimenter pour répondre à ses questionnements.

Concrètement, par quelles actions cela se traduit-il ?

S.K. : Après la phase d’explications scientifiques, on entre dans une démarche de projets où ce sont les élèves qui vont être porteurs des idées. À Schirmeck par exemple (l'un des collèges impliqué dans le Climathon), ils ont réfléchi sur la question du transport et de la valorisation du vélo, au niveau de leur commune et de l’établissement. Ils veulent intégrer un nouvel abri vélo, chercher à faciliter l’accès, dans l’optique d’avoir une empreinte carbone diminuée. Au collège de l’Esplanade, on a travaillé sur les îlots de chaleur pendant les canicules, donc on est plutôt sur des projets d’adaptation de l’environnement urbain. Les élèves ont notamment réfléchi avec des paysagistes à des solutions pour reverdir les lieux.

Avec le Climathon, on est sur une approche de pédagogie par projet, c’est-à-dire qu’on va mettre en place des projets qui ne se font pas seulement sur une séance ou une journée, mais plutôt sur plusieurs séances et qui vont impliquer une classe, voire plusieurs classes de différents établissements. L’idée avec ces initiatives, c’est d’essayer de déborder du cadre scolaire pour aller vers les parents ou vers la communauté autour. Et on voit qu’il y a un réel intérêt : malgré la situation sanitaire, on arrive à ce que des journées entières soient banalisées pour que soit des éco-délégués, soit des classes entières travaillent sur la thématique du climat.

  

On expérimente au collège de Schirmeck ! (Crédits photos : MPLS Alsace)

En quoi est-ce important de mettre en place des événements comme le Climathon, selon toi ?

S.K. : Pour l’instant nous ne sommes qu’au début des projets, mais le fait d’avoir une réalisation assez matérielle de leur engagement, je pense que c’est très important pour les élèves ! Pour revenir à l’exemple du collège de l’Esplanade, ils sont même partis sur une démarche d’engagement citoyen pour promouvoir le fait de planter et de reverdir soi-même, autour de chez soi. Ainsi on fait le lien entre l’école et la communauté qui l’entoure, et les enfants voient qu’ils sont écoutés, qu’ils sont porteurs de leur propre initiative.

Derrière nous sommes là pour les aiguiller, mais aussi pour leur montrer que d’autres acteurs, par exemple de la communauté de commune, ou encore des personnes de la sécurité comme des policiers, sont là pour répondre à leurs questions et à leurs demandes. Au-delà de l’engagement intellectuel, on passe à une dimension supérieure qui est l’engagement citoyen sur les questions du climat, et on leur montre que l’engagement d’un simple citoyen est primordial.

Le fait d'avoir une réalisation assez matérielle de leur engagement, je pense que c'est très important pour les élèves !

Peux-tu nous dire quelques mots sur les autres missions de l’OCE ?

S.K. : La principale mission de l’OCE est d’accompagner les enseignant.e.s à la mise en place de projets sur l’éducation au changement climatique. Cela nécessite des connaissances très actualisées, parce qu’il y a des choses qu’on ne découvre que maintenant et la majorité des enseignants ont été formés à un moment où on ne parlait pas autant de climat. Mais l’éducation au climat requiert aussi une vraie pluridisciplinarité : c’est un sujet qui est tellement systémique et lié à l’actualité, qu’on a besoin d’avoir à la fois des connaissances physiques et scientifiques, mais aussi des notions d’éducation morale et civique !

Concrètement, nous organisons des journées de formation pour les enseignants, pendant lesquelles nous les mettons en lien directement avec des chercheurs, mais nous les formons également sur les pédagogies qu’on peut utiliser pour aborder cette question climatique. Nous fournissons aussi des guides de vulgarisation des rapports du GIEC par exemple, pour que les enseignants continuent à s’informer. Et enfin nous produisons des ressources pédagogiques clé en main, avec des activités pour le primaire et le collège, qui peuvent soit être utilisées directement en classe, ou alors dans lesquelles les enseignants peuvent piocher des idées.

 

Merci Simon !

Et pour en savoir plus sur l'OCE ou accéder aux ressources, c'est par ici : https://www.oce.global/fr