Débat autour du climat au collège de Fontenay à Chartres-de-Bretagne.

Dans le cadre du projet Greenlandia, les élèves de 4ème D du collège Fontenay à Chartres de Bretagne (Collège pilote La main à la pâte) se sont mis en scène mardi 16 février 2021, au cours d'un débat sur le réchauffement climatique et son impact sur les modes de vie au Groenland. 

Ce débat vient s'inscrire dans un projet de deux années. L'enjeu est de responsabiliser les élèves ainsi que leur action collective face aux problématiques liées au développement durable. 

Rappel du projet Greenlandia : 
Greenlandia, sur les traces du commandant Charcot, est un projet portant sur une expédition scientifique au cœur du village d'Ittoqqortoormiit au Groenland. Vincent Hillaire, directeur du projet, a pour ambition en addition d'échanges avec les 350 membres du village nordique, d'étudier méticuleusement grâce aux données récoltées, comment les populations s'y adaptent. 

Le collège de Fontenay et ses élèves, très investis dans le projet, suivent l'expédition, débutée en 2020 et communiquent avec l'équipe sur place. Tous les niveaux sont concernés par ce projet fédérateur pluridisciplinaire : au programme, en anglais des échanges avec les élèves d'Ittoqqortoormiit, en sciences physiques étudier l'impact du réchauffement climatique et les adaptations nordiques aux changements mais aussi des enseignements axé sur l'histoire et le français afin d'étudier les coutumes et modes de vie des Inuits. La classe de 4ème D est plus particulièrement concernée par ce projet en ayant été investie du rôle d'ambassadeur. 

La journée du mardi 16 février : 
Parmi les différents projets portés par les élèves et les professeurs, la classe de 4ème D a organisé un débat permettant de mettre en avant l'importance d'une réflexion et d'une analyse autour de controverses écologiques. La séance a été encadrée par Laurent Jeanneau (chercheur en géoscience à l'université de Rennes 1), Etienne Walger (professeur de technologie), Julie Vigneau (professeur en sciences physiques) et Esther Baudin (professeur en français). 

Ce débat a mobilisé en amont un long travail de recherche, et d'analyse, dans l'objectif de communiquer et d'argumenter devant le reste de la classe. Un représentant de chacun des neufs groupes est intervenu devant ses camarades afin d'informer et de sensibiliser autour des problématiques liées à l'installation d'une mine au sein du village. Le public composé du reste de la classe s'est ensuite exprimé sur les aspects convaincants ou non des arguments présentés. 

Retour en image :