Visite à Océanopolis.

Le collège pilote Louis Guilloux (Monfort s/Meu) poursuit son projet mené autour du Voyage d'exploration scientifique en milieu extrême. Dans ce cadre, une journée à Océanopolis (Brest) a été l'occasion de re-découvrir la faune polaire et de rencontrer des membres de l'IPEV et de la station de biologie marine de Concarneau (MNHN).

La découverte du pavillon polaire

Anémones, crabes géants, indétournables manchots et phoques annelés et tachetés : l’occasion pour les élèves de voir de leurs propres yeux les animaux qu’ils étudient depuis le début de l’année scolaire, mais aussi de consolider leurs connaissances sur l’écosystème du continent grâce aux échanges avec la guide d’Océanopolis.

Vous avez dit extrême ?

Les élèves ont ensuite rencontré Claire Le Calvez et Cyril Gallut, des habitués du Pôle Sud ! Claire, ingénieure responsable de la base Concordia, se rend régulièrement en Antarctique depuis une dizaine d’années. Les conditions de vie y sont totalement modifiées, et bien plus extrêmes que sur la base DDU, située seulement sur le rivage du continent. À Concordia, les hivers atteignent les -80°C et il faut être paré pour affronter le froid et les dangers éventuels. Les technicien.ne.s et scientifiques sont formé.e.s à la lutte contre les incendies. La nuit hivernale dure trois mois et se déplacer hors de la base, juste à quelques kilomètres, est une vraie expédition qui se prépare à l’avance.

Heureusement, la coordination et le travail d’équipe rendent l’expérience possible. Les différents corps de métier présents sur la base assurent la survie de tous : eau, chauffage, connexion internet, cuisine… D’ailleurs, les bases françaises sont les seules du pôle Sud à employer, en plus du cuisinier, un boulanger-pâtissier ! Tant qu’il y a des croissants, tout va pour le mieux en Antarctique !

Puis Cyril Gallut, chercheur en biologie marine à la station de Concarneau et maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie, a présenté ses expéditions en Terre Adélie. Sa spécialité, c’est la plongée dans des eaux à -2°C (qui ne gèlent pas encore grâce à la présence de sel).

Extrait du film Antarctica où l’on peut découvrir l’univers marin du pôle Sud avec le plongeur Laurent Ballesta.