Retour sur la formation "Forêt et gaz à effet de serre".

La formation « Forêt et gaz à effet de serre » de la Maison pour la science en Aquitaine s’est déroulée le 16 mai 2017 à l’INRA Pierroton Cestas. Etaient présents des professeurs de collège, essentiellement de SVT mais également de physique-chimie et de technologie. Ils ont été initiés à l’étude du cycle du carbone.

La formation a débuté par des rappels et une actualisation des connaissances sur le carbone. Cette molécule est à la base d’un grand nombre de composés chimiques, et notamment du célèbre dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre produit par l’activité humaine. L’étude du carbone relève donc d’enjeux écologiques et sociétaux. Denis Loustau, directeur de recherche, Christophe Chipeaux, ingénieur en instrumentation environnementale, et Sébastien Lafont, ingénieur de recherche à l’INRA de l’unité ISPA (Interactions Sols-Plantes-Atmosphère – INRA), ont présenté leur travail, qui se concentre sur les écosystèmes forestiers. Ils ont ainsi expliqué de manière compréhensible pour tous les professeurs le cycle du carbone et les moyens employés pour le quantifier. En effet, des flux de carbone s’échangent en permanence entre les différents compartiments que sont l’atmosphère, la biomasse (autrement dit les végétaux) et les sols. (Pour plus d'informations sur le cycle du carbone : http://education.meteofrance.fr/lycee/animations/le-cycle-du-carbone)

L’après-midi, curiosité et intérêt étant plus forts que la chaleur, le groupe a suivi Denis Loustau sur les parcelles analysées, afin de mieux visualiser le fonctionnement du projet Eco-Xylosylve. Ce dernier a pour objectif l’élaboration d’un système sylvicole innovant. Dans cette optique, plusieurs parcelles de pins et d’eucalyptus sont testées avec des approvisionnements en eau et en matières minérales différents. La croissance de ces arbres est mesurée avec précision. Les conditions météorologiques sont également mesurées sur place à l’aide d’une station météo, afin de déterminer le meilleur équilibre entre la rentabilité de production et l’économie d’apports extérieurs. Christophe Chipeaux et Sébastien Lafont ont successivement présenté les différents appareils de mesure, en particulier les chambres de respiration du sol (voir photo de gauche ci-dessous). Cet outil permet de mesurer les flux de carbone échangés entre une surface déterminée du sol et l’atmosphère.

                      

Le pied d’égalité entre formateurs et formés a permis à ces derniers de poser leurs nombreuses questions. En contrepoint, Mauricette Mesguich, ingénieure de formation à la Maison pour la science en Aquitaine, a répondu aux interrogations relatives à la pédagogie. La dernière partie de la journée y était d’ailleurs consacrée : à la suite d’une réflexion sur les données de l’INRA, les professeurs ont vu la façon dont ils peuvent les exploiter ainsi que les expériences réalisables avec leurs élèves en fonction de leur niveau.

La convivialité de cette journée et la clarté des explications ont séduit de nombreux professeurs qui, déjà à la mi-journée, projetaient de s’inscrire aux autres formations organisées par la Maison pour la science en Aquitaine.