Zoom sur... Clarisse Huguenard-Devaux.

Les missions de la Maison pour la Science en Alsace ne pourraient être assurées sans l'implication de nos formateurs, mais également de chercheurs associés (voir la page de notre équipe au complet). En cette journée du 8 mars 2017, nous vous proposons de découvrir le portrait de Clarisse Huguenard-Devaux, chercheuse associée à notre Maison, spécialiste de la Chimie Moléculaire de l'Etat Solide à l'Université de Strasbourg.

La recherche, une passion

Clarisse Huguenard-Devaux a fait ses études de chimie à l’Université Louis Pasteur, une des trois anciennes universités qui composent l'actuelle Université de Strasbourg. Après une thèse en physico-chimie des polymères, elle part un an à Genève en post-doctorat. C'est durant sa thèse qu'elle participe à des missions de monitorat et qu'elle attrape le « virus » de l’enseignement. A son retour à Strasbourg elle est engagée en tant que Maitre de Conférences, et a alors l’opportunité de choisir son laboratoire de recherche. Ce sera donc le laboratoire de matériaux microporeux où elle travaille en collaboration avec celui de Gérard Férey, membre de l’Académie des Sciences. Lorsque son laboratoire déménage, elle décide de rester en Alsace et commence à travailler dans le laboratoire de Chimie Moléculaire de l’Etat Solide.

La pédagogie, un besoin

Ses missions pédagogiques ne cessent alors de se multiplier. Elle a l’opportunité de représenter le président de l’Université à la commission pédagogique du Centre d’initiation de l’enseignement supérieur où elle cherche à mettre en place des formations pluridisciplinaires pour les moniteurs. Elle est actuellement co-responsable de licence et directrice des études de la première année de licence de chimie de l’Université de Strasbourg.  Lors de l’année internationale de la chimie en 2010-2011, le doyen de la Faculté de chimie propose à certains de ses enseignants de s’impliquer dans différentes écoles. Clarisse Huguenard-Devaux propose alors des activités à l’école primaire qui sont tellement appréciées, par elle comme par les enseignants, qu’elle renouvellera l’expérience les trois années suivantes.

En 2011-2012, elle prend en charge le projet d’accompagnement en science et technologie à l’école primaire (ASTEP) au niveau de l’Université de Strasbourg. Elle met alors tout en œuvre pour le bon fonctionnement du projet et son développement. Ainsi, depuis sa mise en place, le nombre de participants ne cesse d’augmenter : 15 en 2012, 30 en 2013 et 60 en 2014, et 68 en 2015 (source : Fondation La Main à la Pâte). Il est également important de noter que depuis 2014 plusieurs étudiants du Haut-Rhin répondent présents pour cette action.

La Maison pour la science, une évidence

C’est tout naturellement qu’en 2012, lors de la création de la Maison pour la Science en Alsace, que le doyen de la Faculté de chimie lui parle d’un poste à pourvoir en tant qu’enseignant chercheur référant en chimie. Clarisse Huguenard-Devaux accepte avec plaisir. Avide de pédagogie, ce poste va lui permettre d’échanger aussi bien avec des collègues enseignants chercheurs qu’avec des enseignants du premier et second degré. Elle apprécie tout particulièrement de voir des enseignants transmettre des savoirs parfois complexes à leurs élèves. Elle va alors pouvoir se questionner et orchestrer ses propres cours différemment.

De par son expérience à la maison pour la science, elle se sent très scientifique et non plus seulement chimiste, les étiquettes s’estompent. Elle nous confie : « lorsque les formateurs créent un stage, ils ne se limitent pas à leur domaine. »

Elle conçoit la Maison pour la Science comme un laboratoire : « On y retrouve des acteurs très différents qui collaborent sur un projet commun, ils produisent des formations mais aussi des ressources, ils se rendent en séminaires et en réunions afin d’enrichir leur pratique, ils rendent également compte de ce qu’ils font au sein de la maison pour la science. »

Ainsi, Clarisse Huguenard-Devaux prend un plaisir non dissimulé à participer à toutes les activités de la Maison pour la Science. Ce lieu est l’occasion pour elle de faire le lien entre des domaines qui l’ont toujours beaucoup inspiré. Elle apprécie tout particulièrement le fait de pouvoir contribuer, grâce à la fondation La main à la pâte, à rénover l’enseignement des sciences par l’expérimentation et l’investigation. Cette année, elle a choisi d'illustrer son travail avec la Maison pour la Science en témoignant de son expérience de chercheuse associée par un poster à retrouver ci-dessous.

Texte : Angélie Correia

Partenaires de la Maison.

Université de STRASBOURG
Rectorat - Académie de STRASBOURG