ASTEP .


 

Depuis 1996, l’Accompagnement en Science et Technologie à l’École Primaire (ASTEP) encourage des chercheurs, des étudiants de formation scientifique, des ingénieurs et techniciens d’entreprises à seconder les enseignants du primaire dans la mise en œuvre et le déroulement d’une démarche d’investigation conforme aux programmes de l’école. Cette démarche, qui doit être conduite sous la responsabilité de l’enseignant, vise essentiellement à permettre aux élèves de s’approprier les connaissances scientifiques en les construisant eux-mêmes en partie.

Acteurs et témoins de la science telle qu’elle se fait, les scientifiques contribuent à en donner une représentation vivante et stimulante : ils en favorisent également l’enseignement auprès des élèves de primaire, en assurant un rôle d’accompagnateur, dont les formes se sont considérablement développées ces dernières années. Leur présence aux côtés des enseignants est l’occasion pour ces derniers d’aborder avec moins d’appréhension le programme de science, de prendre de l’assurance dans la conduite des démarches scientifiques ou technologiques et de consolider leur maîtrise des contenus. Si l’accompagnement en science et technologie a pour enjeu de stimuler la curiosité, l’esprit critique et l’autonomie des élèves et de créer des vocations dès le plus jeune âge, il se distingue des autres formes d’interventions en associant les élèves, l’enseignant et le scientifique dans une logique d’enrichissement mutuel et de partage de compétences.

Pour plus d'informations : Plaquette de présentation ASTEP de la Fondation La main à la pâte

Site ASTEP : http://fondation-lamap.org/fr/astep

 

 LE DISPOSITIF EN LORRAINE
 

Dans le dispositif ASTEP, des étudiants interviennent dans les classes, sur un thème choisi par l’enseignant en lien avec les programmes. Ils accompagnent ce dernier au sein de sa classe sur une progression de plusieurs séances. Ils sont encadrés par un tuteur universitaire pour les aspects scientifiques.

Les étudiants suivent une formation présentant les enjeux et les objectifs de l’ASTEP ainsi que la mise en œuvre de la démarche d’investigation dans une séance en classe. Ils apportent leurs compétences dans les activités expérimentales, notamment dans  l’élaboration des protocoles et le choix du matériel scientifique.

Une première rencontre permet à l’enseignant et aux étudiants d’affiner la thématique puis d’élaborer ensemble une séquence pédagogique qui comprend au moins cinq séances. Nous insistons sur le fait qu’il s’agit d’une co-construction de la séquence suivie d’une co-animation en classe.

En amont, les étudiants visitent la classe en simples observateurs afin de s’imprégner, entre autres, de l’organisation pédagogique du temps de travail, de la relation avec le maître et du niveau de langage des enfants.

Le premier contact entre l’enseignant et les étudiants s’établit entre les mois de novembre et de février (selon les filières universitaires) pour une mise en œuvre des expérimentations en classe de décembre à avril.

Le projet se termine par une rencontre des classes participantes lors d’une exposition interactive élaborée en collaboration avec les étudiants. Pour la Meurthe-et-Moselle, les dates seront fixées prochainement. Vous êtes informé(e) de la demi-journée choisie pour votre classe quelques semaines avant l’exposition. Elle a eu lieu le 21 avril dernier pour les Vosges (cf. article de presse ci-dessous).

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire valider une animation de 3 heures qui consiste à rencontrer les étudiants pour construire le projet.

Contacts :

Meurthe-et-Moselle  : didier.merou@ac-nancy-metz.fr
Moselle : jerome.gleize@univ-lorraine.fr
Vosges : anne.bonhomme@univ-lorraine.fr

En 2017, les manifestations ASTEP en Lorraine auront lieu :
- Meurthe-et-Moselle : les matinées des 24, 25 et 26 avril,
- Moselle : la matinée du 28 avril,
- Vosges : les matinées des 27 et 28 avril.

Retour sur les manifestation ASTEP "Ramène ta science" 2015/2016 : http://www.maisons-pour-la-science.org/node/16275

 INSTITUTIONNALISATION

L'ASTEP permet à l'enseignant d'être secondé par un scientifique (étudiant, chercheur, ingénieur ou technicien d'entreprise) pour concevoir et conduire des séquences de classe permettant aux élèves de construire des connaissances scientifiques dans une démarche d'investigation. L'accompagnement favorise les échanges de savoirs et de pratiques, le partage de ressources et de compétences et contribue ainsi à rendre les sciences et les techniques accessibles au plus grand nombre.

Plusieurs modalités sont possibles, de l'accompagnement en classe sur un cycle d'activité au suivi à distance utilisant les techniques actuelles de l'information et de la communication ; accompagnement de l'enseignant avec sa classe ou accompagnement de l'enseignant seul, que ce soit pour le suivi, l'aide au projet ou encore pour la formation.

La communauté scientifique, notamment par le biais des établissements d'enseignement supérieur, s'est fortement mobilisée et a d'ores et déjà désigné un correspondant dans chaque académie.

Un réseau de correspondants académiques et départementaux a été mis en place afin d'optimiser le dispositif par la coordination, le suivi et l'évaluation des actions :

1. Un pilotage national est déjà engagé et se poursuit, sous la direction d'un comité d'orientation et de suivi de l'ASTEP. Celui-ci organise régulièrement des rencontres et séminaires nationaux afin d'accompagner la généralisation du dispositif sur les différentes académies.

2. Au niveau académique, l'IA-IPR, Mme Marianne WOJCIK, correspondante, assure la mise en relation entre la communauté scientifique et le monde de l'Éducation nationale. Il est attentif à la dynamique du réseau constitué par les différents correspondants, organise autant que de besoin des actions, rencontres, séminaires et remet chaque année au recteur un rapport sur les actions conduites et les perspectives possibles.

3. Au niveau départemental, sous l'autorité de l'IA-DADEN, l'IEN correspondant assure auprès des autres inspecteurs en charge de circonscription l'information nécessaire à la promotion de l'ASTEP, recense les ressources disponibles et en organise une répartition pertinente selon les besoins. Il organise également, en lien avec le correspondant scientifique, un suivi des actions d'accompagnement et présente au collège des inspecteurs un bilan annuel assorti de propositions de perspectives qui alimente le rapport académique.

Stanislas ADAMKIEWICZ (54 - Meurthe-et-Moselle)
Frédéric SCHWINDT (55 - Meuse)
Mohammed KAMAL (57 - Moselle)
Patricia LE BOTLANE (88 - Vosges)

 3 minutes pour comprendre l'ASTEP !

 

 Article de presse sur l'ASTEP en Lorraine paru le 23 avril 2016 dans l'Est Républicain

Cliquer sur l'image pour l'agrandir et/ou télécharger l'article

 

Partenaires de la Maison.