Une rencontre Formi’lab !.

Etre formateur à la Maison pour la science c’est avoir en soi une boîte à outils aussi complète qu’hétéroclite, chaque profil est riche et différent dans sa diversité. Les 23 et 24 octobre dernier, le réseau national des Maisons pour la science s’est réuni à la bergerie de Villarceaux pour deux jours de cogitations et de partages intenses !

Un état d'esprit "Form’lab" pour :

  • Créer et faire vivre un réseau de formateurs MPLS lors et après l’évènement.
  • Rencontrer ses pairs formateurs
  • Préparer et co-construire des ateliers directement à partir des besoins du terrain des formateurs.
  • Partager des retours d’expériences, ses forces et échanger des ressources
  • Construire des ressources pendant l’évènement (vidéos, manipulations etc)
  • Profiter et protéger les moments informels, plaçant l’humain au centre de la rencontre dans un lieu exceptionnel

Au delà du format du séminaire classique, nous voulions faire de cet événement, un terrain sur lequel nous pouvions nous adonner en toute liberté à nos activités favorites au sein du réseau : co-construire et partager ! C’est pour cela que, très inspirés du format «Summerlab’»* et avec l’aide d’Amélie Charcosset et Michka Mélo, nous avons préparé avec soin, le terreau idéal pour laisser place à la rencontre du fantastique vivier de compétences que forme le réseau des formateurs des Maisons.

Un lieu, de la simplicité dans l’action et du temps à investir : 

 

Au programme : pas de programme, mais surtout répondre à des attentes concrètes. L’objectif était d’abord de créer la rencontre et ensuite de partir des réels besoins de terrain des formateurs. Un programme à s’approprier, co-construit, modulable au fil des deux jours, où chacun peut-être force de propositions. Les demandes et propositions étaient simplement partagées de vive voix et compilées sur des paperboard et des post-it. Un travail collaboratif a aussi été réalisé en amont de l'évènement mobilisant notamment les participants sur le choix du nom de la rencontre, des collectes d'idées, un répertoire/inventaire de matériel, les besoins logistiques etc.

La règle du jeu était simple, les formateurs étaient libres de ramener le matériel de leurs choix, et des assemblées permettaient de proposer et de partager une manipulation, des séquences de classes, un power-point, une astuce, etc. L’intégralité de la bergerie pouvait être exploitée pour accueillir les petits groupes ainsi auto-formés. D’autres activités ont été réfléchi avec soin pour permettre des « respirations » sur le ton de la poésie, de l’improvisation et de l’écriture, des petites pauses introspectives qui ont aussi permis de découvrir le cadre bucolique de Villarceaux tout en se décloisonnant. S‘ajoute à ce dispositif sur-mesure , « la règle des deux pieds » laissant à chacun la liberté de passer d’un atelier à un autre sans contraintes ni jugement s’il le désire. D’autre part, un studio de captations de manipulations était spécialement installé avec toute la technique nécéssaire pour que chaque Maison reparte avec une vidéo pédagogique « home made ». Nous avons pris parti de ce format de prime-abord déroutant et perfectible, guidant le participant vers la reflexion sur ses propres pratiques et en le responsabilisant sur le déroulé et le contenu d’un événement crée pour lui et avec lui.

Un travail collaboratif de " F " à " Lab '"


Nous remercions encore chaleureusement tous les formateurs qui ont su faire vivre et vibrer cette rencontre enrichissante, mais aussi toute l’équipe alsacienne qui a aidé à l’organisation,  à Emmanuel, Antoine et Jean-Daniel, en appui sur la technique pour le studio vidéo, à la disponibilité et à la générosité du personnel de la bergerie de Villarceaux et à Amélie Charcosset tricoteuse de mots et d’histoires et Michka Mélo, ingénieur-hacker multidisciplinaire qui nous ont largement aidé à monter ce projet-défi.

“ Un atelier coopératif temporaire, qui rassemble des personnes aux motivations diverses, aux croisements des disciplines (créateurs, chercheurs, activistes, entrepreneurs, artistes …), autour de thématiques (“des nœuds”) qu’ils interrogent ensemble. C’est un espace et un moment pour faire, penser, partager, coopérer, construit pour permettre la plus grande convivialité (gratuité, hospitalité, mixités, bienveillance, espaces libres, repas partagés, soirées, etc.). Les contenus sont proposés par les participants. “

E.Iuliani

Galerie photo :