Nous connaître .

 

 

 

 

Michel BARIBAUD, directeur de la Maison pour la science en Alpes Dauphiné

 

 

 

Depuis la nuit des temps, les humains se sont attachés à développer la science et la technologie au service de leurs congénères. La maîtrise du feu, l’invention de la roue et la découverte de la métallurgie en furent les exemples les plus spectaculaires. Il faut aussi reconnaître que c’est par la communication entre les peuples que l’évolution a pu s’accélérer.

L’échange de pratiques de base a conduit à la confrontation d’expertises en matière de compétences dans le domaine des sciences et de la technologie en vue de procéder à l’amélioration de la vie des citoyens.

Il est inutile d’insister sur le développement extraordinaire de la révolution scientifique et industrielle des deux derniers siècles. La population mondiale a vu ses conditions matérielles évoluer à une allure telle qu’elle avait parfois du mal à suivre. Elle a vu le passage de la diligence au train puis à l’avion, les hommes sur la lune et bientôt sur mars. Elle a découvert l’origine des maladies pour mieux les combattre. Le système de communication est passé du télégraphe CHAPPE à internet.

Ces réalisations sont essentiellement dues à la pratique d’études scientifiques poussées mais qui ont toujours démarré sur les trois piliers suivants :

  • L’observation des phénomènes.
  • La réflexion destinée à en comprendre la nature.
  • La conception de dispositifs exploitant ces résultats au service de la population.

Aujourd’hui, une accélération de l’évolution des techniques s’observe sur toute la planète. Il n’est pas question que notre pays ne fasse plus partie des figures de proue. La France  se doit de former les experts scientifiques dont elle a besoin et pour cela elle doit pouvoir s’appuyer sur un socle de jeunes  motivés dans ce domaine. C’est le rôle de la MPLS-AD que d’apporter une aide substantielle aux formateurs pour qu’ils détectent et encouragent les éléments prometteurs et ceci dès le plus jeune âge. Les jeunes aspirants scientifiques doivent savoir qu’ils exerceront les métiers d’aujourd’hui, qu’ils prépareront les métiers de demain et qu’ils imagineront les métiers du futur.

Le rôle de la MPLS-AD est tout tracé, pour cela, elle peut s’appuyer sur le formidable potentiel que constitue le dispositif universitaire des Alpes et des relations privilégiées qu’elle a nouées avec le monde industriel local.

Les enseignants ne motiveront leurs élèves que s’ils savent où la science va les mener, pour cela, ils doivent connaître comment se construisent la  conception, la réalisation et le développement. C’est la raison pour laquelle les formations sont conduites par un tandem constitué d’un responsable pédagogique associé  à un scientifique universitaire et/ou industriel.